Donc ce mercredi 1er Novembre s’annonce … mi figure, mi pluie…
Le vent, chez nous (Lyon) est SW relativement fort… le ciel est presque bleu et s’éclaircit vers l’ouest… ça va voler, c’est maintenant sûr !RdV avec quelques copains, nous hésitons entre St Hil et l’épine… par ce que même si ça va voler, il s’agit de ne pas se tromper de site ! Arrivé à l’épine un peu avant midi, nous nous y arrêtons… un autre lyonnais a fait le même choix que nous …

Le vent ne semble pas si fort … du coup nous hésitons entre l’épine et le Sire…. La balise de la chaîne du revard nous annonce un Sud fort (33 km/h en pointe)…. bon, du coup ça ne peut pas voler au Sire (surtout que la balise est protégée du Sud).

En route pour le col de l’épine … via un sandwich quand même ! (dur à trouver un 1er Novembre). Montée au déco et casse-croûte ! En plus, ça permet d’observer le temps : le déco (falaise) est bien alimenté depuis un bon moment, mais plutôt par le vent que par le thermique de service… le déco sera travers ! de temps en temps, le vent se calme… les bouffes thermiques viendraient-elles couper le
vent ?

Bon, les sandwich sont mangés, nous allons pouvoir nous attaquer aux choses sérieuses …

JeuMeu monte sa whisper … elle gonfle et se tourne dans le lit du vent… le fameux effet girouette ! immédiatement, il part à droite vers château richard et il revient annoncer que le vent est laminaire et que tout va bien. Feu pour moi, sorti de déco ça monte un peu, j’en profite pour faire un peu de spectacle pour la copine qui prend des photos : virage à gauche puis waga à droite… Nous partons vers l’autoroute, face au vent. La progression est relativement rapide et les gains réguliers.

Je profites de la toute première transition pour essayer l’accélérateur (je viens de coudre les poulies sur la sellettes)…. J’ai rien sous les pieds ! a zut j’ai oublié de remonter un maillon, ben, il ne me reste plus qu’à le faire, ne priant pour ne pas perdre le maillon à chaque fois que ça remue un peu! Quelques thermiques sont présents et suffisamment fort pour ne pas être balayés par le vent… le site est vraiment bien protégé.

Je crains un peu de prendre trop de gain et de taper dans le flux météo fort mais cela n’arrivera pas. Après avoir traversé l’autoroute, le météo rentre un peu plus fort… compte tenu de la conformation du terrain et de la brise, il sera très difficile d’aller plus loin. Nous faisons donc demi tour… retour à château richard. Jeumeu y est arrivé un peu avant moi mais gratte difficilement. Il arrive au sommet et part vent de cul vers la dent du chat …. je le trouve un peu gonflé : il est bas.
Au moment où il part, je trouve un noyau qui me monte au nuage (euh… je suis sous le vent du nuage, du coté opposé au soleil et ça monte super fort : +5,7 m/s j’ai pas tout compris à la théorie des nuages ! Razz )
je fais mon dernier tour avant de partir vers la dent du chat …. pu**ing, la dégueulante…. en un demi-tour j’ai perdu tout mon gain… je beugle comme un putois ! Je me cale sur le contrefort de château richard et je fait des huits dans le vent en me remémorant les conseils que donnait Jean sur FF-VL ! (merci Jean, des trucs comme ça, 15 par jour si tu veux Grin )

Je fini par repartir vers la dent du chat… à mi chemin je croise Jeumeu qui est revenu me chercher (ou qui s’ennuyait tout seul). Arrivé sur la dent du chat, il est plus bas (au niveau des falaises) moi je suis au dessus…Les falaises tournent sous le vent, j’oblique donc ma trajectoire dans cette direction (vers le refuge)…. je suis contré en allant sous le vent ! il y a un truc que j’ai pas analysé … trop peur, je m’écarte du relief, tant pis pour le vario, j’y retournerais quand j’aurais compris ce qui se passe, quel rouleau je me prends dans la figure … (je n’ai toujours pas compris !). Nous sommes maintenant en route vers le col du chat… je me fait l’impression d’être un piston de trompette, JeuMeu aussi… ça ne me rassure qu’à moitié, mais c’est toujours ça de pris Silly  Je suis quand même content d’être sous ma voile “presque-sortie-école” (la Bonanza est très facile)…

La remontée sur la montagne de charvaz se fait face au vent, et ce coup-ci il rentre très fort. Il me reste quelques centimètres (et j’hésite à mettre le “s”) de débattement sur l’accélérateur et je suis scotché très fort (ça recule même par moment)… pas glop du tout ! JeuMeu est devant, il a l’air serein… mais sa voile est certainement plus rapide que la mienne… sous le vent, je regarde les échappatoires : le lac du bourget puis une falaise. La traversée du Lac ne devrait poser aucun problème compte tenu de la force du vent, mais si on ne se refait pas sur la falaise, il n’y a pas de plage en contre-bas !

Au dessus de Billième, il me fait un signe…. je le rejoins (quel naze ce gars de jamais recharger sa radio, ce serait tellement plus pratique !). il me propose de poser ! Ah ? il n’est donc qu’a moitié serein ! Wink se poser ? OUI mais pas là ou il me montre : le champ est au vent de là où nous nous trouvons et je ne suis pas sur du tout d’y arriver ! Je lui montre la fin de la montagne… en y allant gentiment en crabe d’autres champs sont accessibles…. tiens je me suis trop rapproché de JeuMeu, je me prend une demie aile sur la figure…. mais pourquoi n’a-t-il pas sa radio, ce serait tellement plus pratique !
En descendant, le vent se calme, le grand colombier nous tends ses bras… mais la transition semble longue et le vent doit y rentrer très fort et bien canalisé.

Finalement nous nous poserons à Lucey soit à peu prés 20 km en 1h20, un 1er Novembre Wink))))))
Pendant que nous attendons la récup, une autre aile passe au dessus de nous, elle va, elle aussi se poser. mais lui choisi de traverser le Rhône …

En été, le cross vers le grand colombier doit se faire grâce aux thermiques des vignes de Lucey… c’est la première fois que je dépassais la dent du chat dans cette direction : à refaire ! note de 2010 : maintenant je crois que ce n’est plus faisable Really Pissed   Airplane